étudiants...


Le Bureau Politique met en garde certains universitaires ivoiriens
et universitaires étrangers servant au pays à tous les échelons contre ce genre d’actions qui ne peuvent que ternir leur prestige au sein de la société ivoirienne... Le Bureau Politique fait confiance au Président de la République avec l’objectivité qu’on lui sait, pour dénoncer ceux-là qui, par leurs méfaits, aveuglés par l’envie et la jalousie, torturés par les complexes, n’hésitent pas à porter atteinte à l’honneur de leur pays...".


En somme, le communiqué reste muet sur le document de base, le contrat. Il ne dément pas - comment faire autrement ? - son existence, son authenticité, et surtout son article 6 qui stipule que deux des cinq versements seront effectués avant la soutenance de la thèse et trois après. Le communiqué dénonce encore et condamne les auteurs du tract. Pour le B.P., il semble que les coupables doivent être recherchés soit parmi le corps enseignant ivoirien et français de l’Université d’Abidjan, soit parmi les cadres supérieurs ivoiriens. Donc, pas la moindre allusion à ma modeste personne.


Le 5 septembre 1969, on me rapporte que "certains" à Abidjan m’accusent nommément d’être l’auteur du tract. Le président Houphouët-Boigny étant arrivé entretemps à Genève, je lui envoie une lettre recommandée dans laquelle "je proteste avec véhémence contre une telle assertion".


A Montréal, avec le Chef d’Etat du Niger, celui-ci m’informe que, pour le président Houphouët, "Baulin est à la source du tract contre Bédié".
Le 25 septembre, j’écris de nouveau à M. Houphouët-Boigny pour protester. Peine perdue. A partir de cette date, il me créditera systématiquement de tous les articles signés, de tous les écrits plus ou moins anonymes hostiles à sa politique, que son candidat à la présidence soit en cause ou non.


Cette manie provoquera une petite crise au mois de novembre. Le Monde publie en effet, le 12, un article de Gilbert Comte, bien connu comme journaliste indépendant et pour son intransigeance professionnelle. Sous le titre "Les deux Afrique", il met en relief qu’en Côte-d’Ivoire, "toute une partie de la jeunesse universitaire s’éloigne du gouvernement", à commencer par la fille de M. Yacé


et le fils de Marcel Laubhouet ; il cite "la

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique