Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

rel=’appendix’ title=’Cf. infra.’ id=’nh3’>3], un ami du lieutenant-colonel Kountché, pour essayer de dégager Diori. » [4]

Max Jalade se dit, de plus, convaincu qu’il ne s’agit pas d’ « un nouveau coup de Foccart », que celui-ci n’était même pas « au parfum », qu’il a paru au contraire très affecté par la mort de la Présidente, et qu’il a qualifié le putsch de « hold-up à 2 heures du matin... » Il n’en reste pas moins que M. Foccart deviendra invisible à partir du 16 avril, son adjoint, M. Journiac, prenant la relève.

Mais en ce lundi de Pâques, on ne sait toujours pas ce qui se passe au Niger. La dernière communication téléphonique remonte à 9 heures 40 du matin, c’est-à-dire quelques minutes avant l’interruption des liaisons. Nous n’apprendrons l’assassinat de la Présidente que tard dans la soirée. Mais quel est le sort des Sani, des Sory, des Boulama, des Seydou ? Tous ces officiers, tous ces amis dont la loyauté, la fidélité au Président me paraissent au-dessus de tout soupçon ? [5] Que devient, que fait Maitouraré Gadjo ? Je les crois morts ou prisonniers. Gilbert Comte, lui, ne partage absolument pas cette optique qui se révèlera quelque peu naïve.

Le lendemain, mardi 16 avril, sera la journée des surprises. Et aussi du dégoût.

Entrés en contact avec Niamey par le canal d’un pays tiers, nous apprenons que Maitouraré Gadjo « est en bonne santé et transmet son bonjour. » Quelques heures plus tard arrive la confirmation : il n’est pas arrêté et se trouve dans sa résidence. Le fait qu’il ait été tout de même « chassé » de la Présidence de la République prouverait qu’il n’a pas participé _je l’espère_ au putsch. Pour le commandant Sani, un familier du Président qui de plus, était au courant de toutes les affaires de la Présidente, tenait son chéquier et rédigeait personnellement ses chèques, le doute n’est plus permis. On connaît, dès le 16 avril au matin, son rôle prépondérant dans le coup. On saura même bientôt qu’il en est l’instigateur [6]. Il deviendra le lendemain, ministre de l’Intérieur, des Mines et de la Géologie.

Le chef de

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique