Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.

class=’manualbr’ />« …Toutes les classes, y compris la jeune bourgeoisie autochtone et les cadres tribaux et féodaux de la société traditionnelle, supportent plus ou moins impatiemment le joug impérialiste qui pèse sur elles ».
« D’où, selon l’auteur, en Afrique noire, les objectifs essentiels actuels sont communs à toutes les classes et couches de la société autochtone ».
« Toutefois, la communauté des intérêts essentiels à l’ensemble des populations ne peut cacher l’existence des tâches et couches diverses dans la société autochtone, dont certains intérêts sont divergents et peuvent même être contradictoires. Et l’évolution actuelle de l’économie africaine ne va pas vers l’atténuation de ces divergences, mais au contraire vers leur accusation » [62].
Quelle est donc la tactique adoptée par le P.C. ?
« … Dans ces conditions, précise la circulaire, le problème essentiel était la création, dans chaque territoire d’Afrique noire, de partis ou mouvements de masse fondés sur l’union des différentes classes et couches de la population autochtone… ».
M. Barbé, comme on le remarque, se garde bien de préciser à laquelle de ces « classes et couches » devrait incomber la direction de ce ou ces « partis ou mouvements de masse ». Une telle omission constitue en soi une hérésie sur le plan marxiste-léniniste. Mais d’un autre coté, comment admettre, pour un communiste, que la couche des grands planteurs dirigeait la lutte anti-coloniale à l’échelle de l’A.O.F. ?
Pour en revenir aux choses plus concrètes, quel a été au juste, dans la pratique, le rôle des communistes français en Côte d’Ivoire ?
Tout d’abord, leur capacité d’organisation a contribué, les observateurs l’admettent, au dynamisme et au succès du Comité Électoral créé par le S.A.A. pour les élections d’octobre 1945, qui déboucheront sur le triomphe du député Houphouët.
Nous l’avons déjà relevé, le premier Groupe d’Études communistes fleurit en Côte d’Ivoire en mars 1946, et précède de quelques semaines la création du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (P.D.C.I.). Y a-t-il rapport de cause à effet ? Oui répond R. Barbé :
« … Les communistes de Côte d’Ivoire, écrit-il, ont poussé à la constitution d’un large parti démocratique qui a permis de ne

Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique