l’an les dépenses de fonctionnement aliènerait encore plus
le libre choix de la Côte d’Ivoire en matière d’investissement » [19]. Mais pour un homme d’État de l’envergure de M. Houphouët-Boigny, le contenu politique d’un problème prime le paramètre économique.
Bien entendu, le mot d’ordre d’« africanisation au rabais » cessera d’être un leitmotiv. Les appréciations élogieuses coulent à flots. Ainsi, en 1965, dans son message du Nouvel An, le Président avait tenu à rendre
hommage à « notre administration plus proche du peuple, plus compétente et dont les agents recueillent aujourd’hui les fruits de leur patience et de leur abnégation… ». Dix-huit mois plus tard, dans un autre Message à la Nation, il force encore la dose de louanges :
« Parce que nous avons su refuser, dit-il, la politique de facilité… pour avoir repoussé l’africanisation au rabais, nous sommes heureux et fiers, aujourd’hui, de constater que la Côte d’Ivoire bénéficie de l’une des
administrations africaines les plus valeureuses… » [20].
L’apothéose de cette alliance avec les intellectuels aura pour cadre le Ve Congrès du P.D.C.I. Ce Congrès, écrit l’éditorialiste du quotidien ivoirien, « s’est vu qualifier de Congrès de l’intégration des cadres, du rajeunissement et du développement. En somme, poursuit-il, après avoir placé les jeunes cadres à tous les postes de direction des services publics, après avoir encouragé leur promotion dans le secteur privé, il s’agit à présent, pour les dirigeants du pays, de réaliser leur intégration au sein des organes politiques du P.D.C.I. pour assurer, d’une façon solide et paisible, la double relève administrative et politique qu’impose l’avenir » [21].
Effectivement, l’éditorialiste lui-même, de nombreux jeunes et Charles Donwahi, condamné jadis pour complot, entrent au Bureau Politique du P.D.C.I.
On continue par ailleurs de découper et de redécouper le territoire pour créer des postes de préfets et de sous-préfets. Ainsi, de 4 en 1961, le nombre de départements passe à 24 en 1974, tandis que le nombre des sous-préfectures augmente

<< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 >>
Creative Commons License Fonds d’archives Baulin (http://www.fonds-baulin.org), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique